• Shan-Wasabi-prep-ocala-2022.jpg
    SHAN
  • Shan-Wasabi-jump-estrade-mauve-ocala-2022.jpg
    FOCUS
  • 2050 x 1200 - wasabi crop.jpg
    COMPLICITÉ

Shan, en bref

Shan, en bref

Depuis sa tendre enfance, Shan Bernier a été attirée par les chevaux. A cinq ans, elle a commencé à monter. Shan est membre de l’écurie l’Amazone située à Sainte-Mélanie dans la région de Lanaudière.


Elle participe à un programme sport-études qui lui permet de s’entraîner tous les après-midis à raison d'une une quinzaine d’heures par semaine. Son entraîneuse, Johanne Freyd, est sa complice depuis le tout début et a su développer les aptitudes de sa protégée. Il est évident que sans son enseignement et son support soutenu, Shan ne serait pas la cavalière qu'elle est devenue aujourd'hui.


Shan a toujours eu le désir de sauter de plus en plus haut. La discipline de sauteur lui colle à la peau. Malgré son jeune âge, elle a eu plusieurs chevaux qu’elle a elle-même entrainés pour la plupart. Elle a eu l'opportunité de monter des pur-sang arabes et anglais ainsi que des Trackner, Hanovrien et Dutch (KWPN).

PUCE BIONIQUE

« Depuis longtemps, j'appelle Shan « ma puce bionique ». Je pense que les cavaliers qui choisissent de faire de l'obstacle, choisissent d'affronter la vie avec conviction, sans peur et surtout avec foi en leur capacité. De plus, cela demande des efforts sans relâche! » - Johanne (coach)

Faits cocasses

01.

Gauche ou droite ?

Le gros défi était de faire comprendre à Shan la différence entre la droite et la gauche. À 6 ans ce n'est pas évident.

02.

A ses premiers concours, son père lui apprenait ses parcours avec un tableau magnétique où il dessinait son parcours.

03.

Comme elle est toujours en perpétuels ajustements, lorsqu'elle fait un erreur, elle s'excuse auprès de son cheval.

04.

Croyez-le ou non, Shan s'entraîne l'hiver dans un manège extérieur sans toiture. Beau temps, mauvais temps...avec ou sans neige.

05.

Elle a commencé à 5 ans, elle passait de son siège d'auto à la selle de son cheval. Elle était petite et menue et lors de sa premiere année de compétition, les gens croyaient qu'elle était attachée sur sa selle.

06.

On dit que c'est sa marque de commerce; elle sourit sans cesse et se concentre sur ce qu'elle a à faire.

S'A-MU-SER

« Qu'est-ce qu'on fait ? On va s'amuser. Peu importe le résultat, amuse-toi. » - Michel (père)

Toujours plus haut

Happée par sa passion

Parce qu’elle était si jeune, Shan n’a pas eu le temps de réaliser ce qui se passait vraiment. «Quand j’étais petite, je voulais toujours aller voir les chevaux. Lorsque j’ai monté sur un cheval pour la première fois, ça a changé ma vie.»  Et depuis ce temps, je m'entraîne et je fais partie d’un programme sport-étude qui me permet de m’entraîner à tous les jours.

Persévérance et détermination

Pendant sa période d'adolescence, elle a vécu des coups durs d'un point de vue équestre puisqu'elle a perdu 3 chevaux. Cette situation l'a forcée à monter plusieurs chevaux, ce qui a été bénéfique pour son développement. Sa détermination se mesure devant chaque défi. Aux Internationaux de Bromont, elle était malade: «Je ne descends pas de mon cheval, je veux faire mon parcours.» Une fois terminé, elle a été malade à l'arrière de l'écurie suite à une gastro qui a duré deux jours. 

Un jour à la fois

Elle ne se pose pas trop de questions et demeure calme. Elle s'entraîne selon les conseils de sa complice et coach, Johanne Freyd, qui a su développer les aptitudes de sa protégée. «Lorsque je marche le parcours, si je trouve ça trop haut, je ne regarde pas trop, mais je sais que je vais le passer lorsque viendra le temps.»

Dans la tête de Shan

Aujourd’hui, elle réalise pleinement sa réalité. Elle s’en nourrit et promet de faire tout ce qui est nécessaire pour y parvenir. «Je me sens à ma place et heureuse quand je suis à cheval. Je n’imagine pas ma vie sans chevaux.»  Shan rêve de participer aux plus grands concours partout dans le monde et de représenter son pays aux Jeux Olympiques; ce serait l'accomplissement ultime.